pgvconf2019bandeaufr_3.jpg

L’Europe est-t-elle la bonne échelle pour que les acteurs et les parties prenantes puissent relever les défis du futur ? 26° Conférence du Réseau PGV, Grenoble, France 10-12 Septembre 2020

Appel à communication

Depuis sa fondation en 1994, le réseau international PGV, qui regroupe des chercheurs d'universités situées dans 10 pays européens, analyse les multiples facettes des processus de transformation de l'Europe et des dynamiques sociales et économiques qui les sous-tendent. Depuis sa création l’Union Européenne a fait l’expérience de nombreuses évolutions (élargissement à de nouveaux pays, crise de 2008, Brexit …). Elle se trouve aujourd’hui face à de nouveaux enjeux qui l’incitent à faire évoluer ses orientations et son mode de fonctionnement. Comment prend-elle en compte les acteurs qui la composent ? Comment s’inscrit-elle face à des enjeux politiques, sociaux, environnementaux et économiques à l’échelle mondiale ? Face aux puissants Etats Unis, la Russie, la Chine, l’Europe peut-elle compter sur la force des acteurs qui croient en son bien fondé, pour répondre aux enjeux internationaux ?

Le colloque organisé par le Réseau PGV s’adresse aux chercheurs en sciences politiques, sciences de gestion, économistes, juristes, sociologues, historiens, géographes sociaux et spécialistes des sciences du langage et de la communication mais aussi aux acteurs économiques, entrepreneurs, collectivités territoriales, chambres consulaires, membres de la société civile et /ou d’associations, notamment ONG qui, du local à l’international, portent des projets pro européens et qui souhaitent par leur témoignage éclairer les différents chemins que prend ou peut prendre le projet européen. A partir de l'analyse des stratégies d'acteurs, l’objet du colloque de Grenoble est de croiser les regards de chercheurs en sciences sociales et d’entreprises et d’autres organisations qui œuvrent sur les territoires dont le territoire européen. L’objet de ce colloque sera de pouvoir trouver des éléments de réponse aux questions suivantes : Où va-t-on ?  Dans quelle direction aller et pourquoi ? 

 Sans perdre de vue les stratégies de continuité inscrites dans les objectifs d’actions concernant les pratiques d’investissement, transferts de compétences et alliances qui se tissent depuis des décennies entre partenaires économiques, entreprises, collectivités territoriales dans les espaces transfrontaliers et au-delà, les propositions attendues peuvent porter sur les modes de prise de décision, les stratégies de communications, prémices de jurisprudence européenne dans le domaine du respect des droits du citoyen, de la sauvegarde des acquis sociaux et de la promotion des droits qui soutiennent le projet européen depuis son début. Il serait bon d’interroger les types de maillage que les actuels jeux d’acteurs ont construit par le passé au sein de l’espace européen et qui contribuent à définir l’Europe comme une « Europe à plusieurs vitesses ». Il s’agit de porter un regard sur les stratégies de mouvements qu’elles introduisent au sein de l’UE pour dynamiser ou redynamiser et rendre pertinent un projet d'Europe qui a pour vocation de répondre aux demandes des sociétés européennes.

La problématique du colloque porte sur l’analyse des jeux d’acteurs qui se déploient à différentes échelles territoriales (locale, régionale, nationale, européenne et globale). Ces analyses sont visibles à travers la réalisation des projets qui concernent les champs des actions politiques, comme les politiques publiques ou les politiques économiques sociales et culturelles qui s'entrecroisent. Elles impliquent des stratégies d’action collaboratives, concertées ou individuelles. Ces jeux d’acteurs, cherchent-ils à être plus performants, ou au contraire organisent-ils des stratégies de résilience ?  

Il s’agit d’interroger la portée des initiatives innovantes dans les domaines de l’action en faveur de l’environnement, du traitement de la crise migratoire, de l’élaboration des sociétés inclusives capables de faire face aux nouvelles formes de vulnérabilité liées au vieillissement des populations, à la perte des valeurs et aux crises identitaires qui traversent de nombreuses sociétés européennes ou certaines de leurs parties en produisant un retour des extrêmes sur la place publique et des tentations totalitaires visibles ici ou là. Comment les nouvelles formes d’actions, parfois initiées au-delà des frontières, valorisent, font fléchir ou réinventent l’Europe ?

Feuille de styles des communications et résumés

Chaque résumé mentionne le nom, prénom, organisme de rattachement, adresse postale et électronique des auteurs. Ils sont transmis à la fois en version électronique (format Word. doc) auprès de Ghislaine Pellat et Claude Martin[1] et à la fois sur le site de la conférence : https://pgv2020.sciencesconf.org .

Puis, chaque article proposé est chargé directement sur le site de la conférence en étant anonymé (sans nom des auteurs, sans référence à l’université de référence et sans éléments d’identification des auteurs). En même temps, merci d’envoyer l’article originel (avec identifications des auteurs, universités et coordonnées électroniques), sous format Word, auprès de Ghislaine Pellat.

La longueur de l’article se situe entre 12 et 20 pages, (soit entre 18 000 et 30 000 caractères), résumés, figures et bibliographie comprises.

Les normes typographiques sont les suivantes: interligne 1,5, police de caractère Times New Roman 11 points.

Tous les articles sont accompagnés d’un résumé d’une demi page (750 signes) maximum, traduit dans l’une des deux langues: français si l’auteur est francophone, anglais s’il est anglophone.

Les articles ne comportent pas d’annexes. Les tableaux et figures sontintégrés dans le texte et numérotés. Les notes sont placées en bas de page.

Les références bibliographiques sont présentées de la façon suivante:

- pour les périodiques, mentionner le nom et prénom de l’auteur, l’année de publication, le titre de l’article en italique, le titre et le numéro du périodique et le numéro de la première et de la dernière page (p.ex. Martin Claude (2007), l’entreprise est européenne résiste au modèle occidental, la revue des sciences de gestion, direction et gestion des entreprises, n°226-227 p17-28.

- pour les livres, mentionner le nom et le prénom de l’auteur ou du directeur de publication, l’année de publication, le titre du livre en italique, le lieu de publication et la maison d’édition, nombre de pages. (p.ex. pod redakcja zofii mikolajczyk i clauda martin, (1995), blaski i ciene, wspolpracy firm polskich i francuskich, lodz, wydawnictwo uniwersytetu lodzkiego, nombre de pages.



[1] Ghislaine Pellat : ghislaine.pellat@iut2.univ-grenoble-alpes.fr, Claude Martin : claude.martin@iut2.univ-grenoble-alpes.fr

   

Calendrier

 

  • Les propositions de communication doivent parvenir sous forme résumée (1page max), à l’adresse électronique sur le site du colloque (https://pgv2020.sciencesconf.org) pour le vendredi 17 janvier 2020.
  • Les textes complets d’articles normalisés sont attendus pour le Jeudi 30 avril 2020.
  • La notification d’acceptation définitive des communications par le comité scientifique international du colloque sera envoyé aux auteurs pour le 7 juin 2020.

   

Organisateurs et partenaires

logopgviut.gif

Personnes connectées : 1